Le café, ça se déguste

Le café passe par diverses étapes avant d’être le breuvage délicieux à l’arôme et au goût incomparables que nous apprécions. Il se marie parfaitement à d’autres arômes et saveurs.

Pour obtenir du café vert

Le café est toute une culture dans la plupart des pays qui en produisent. Différents pays ont ainsi développé des modes de préparation du fruit du caféier. En particulier, le traitement « nature » qui consiste à faire sécher les cerises mûres puis à les faire passer à la décortiquerie. Par contre, le café « lavé » est issu de graines dépulpées et trempées dans de l’eau où elles sont mises à fermenter. Il y a même un café au prix exorbitant, récolté dans les crottes d’une civette et fermenté ainsi naturellement. Le café décortiqué prêt à être torréfié est le café vert.
Par ailleurs, la variété du café joue un rôle important dans son goût. Pour affiner l’arôme, on effectue fréquemment des mélanges de variétés car elles donnent effectivement des goûts différents.

Jusqu’à la dégustation

La torréfaction est l’étape essentielle de préparation où le café prend toute sa flaveur, c’est-à-dire son arôme et sa saveur. Cette opération doit être surveillée de près pour que les grains ne soient pas carbonisés complètement, auquel cas le café perdra tout son goût. Dans certains pays, on ajoute du sucre avant la fin de la torréfaction pour donner un goût de caramel au café torréfié.
L’arôme du café est volatile. Il est recommandé de ne broyer le café torréfié que peu de temps avant l’utilisation afin de la sauvegarder.
On ajoute aussi différents autres arômes au café : Qui n’adore pas le mocaccino où il est mélangé au chocolat ? Le café-vanille est tellement savoureux qu’on en boirait toute la journée sans interruption. Sinon, que dire des préparations au café telles que les pâtisseries, les glaces et autres entremets.